Le jargon utilisé dans un certificat énergétique

Voici une définition des termes utilisés dans les certificats énergétiques :

Bâtiment résidentiel existant : Bâtiment ou partie de bâtiment destiné au logement individuel ou collectif avec
occupation permanente ou temporaire et dont la date d’introduction de la première demande de permis d’urbanisme
est antérieure au 1er mai 2010.

Energie primaire : Energie issue d’une ressource naturelle d’origine fossile (charbon, pétrole, gaz, uranium) ou
renouvelable et transformée en énergie utilisable pour couvrir les besoins énergétiques du bâtiment.

Consommation totale d’énergie primaire : Consommation d’énergie totale du bâtiment, exprimée en énergie primaire
(kWh/an) établie sur base d’une occupation, d’un climat intérieur et de conditions climatiques standardisés.
Le climat intérieur standardisé suppose que le logement offre un niveau de confort (température, qualité de l’air)
équivalent à celui d’un nouveau logement. Cette consommation prend en compte la consommation pour le chauffage,
la production d’eau chaude sanitaire, les auxiliaires (circulateur, ventilateur, …) et, éventuellement, le refroidissement.
Elle ne prend pas en compte les consommations électriques pour l’équipement électroménager, ni l’éclairage. Elle
permet de valoriser la production d’énergie thermique issue de panneaux solaires thermiques mais aussi la
production d’énergie électrique produite par des panneaux solaires photovoltaïques ou une installation de
cogénération. Cet indicateur permet de comparer les consommations théoriques des bâtiments entre eux.

Consommation spécifique d’énergie primaire : Consommation totale d’énergie primaire du bâtiment divisée par la
surface de plancher chauffée. Le résultat est exprimé en kWh/m².an.
La consommation spécifique de votre bâtiment est indiquée dans le curseur qui vient se placer en face de la classe
énergétique correspondante. Les classes énergétiques sont au nombre de 9. La classe A++ étant la plus performante
et la classe G la moins performante. La limite entre les classes B et C correspond à l’exigence réglementaire du 1 mai
2010 pour les bâtiments résidentiels neufs. La limite entre les classes D et E correspond au niveau moyen estimé du
parc existant de maisons unifamiliales au 1 mai 2010.

Surface de plancher chauffée : Somme des surfaces de planchers de chaque niveau du bâtiment situés dans le
volume protégé, mesurées entre les faces externes des murs extérieurs. Sont comptabilisées les surfaces présentant
une hauteur sous plafond minimale de 1m50, pour autant que l’espace considéré présente au moins en un point une
hauteur minimale de 2m20.

Volume protégé du bâtiment : Ensemble du volume de tous les espaces du bâtiment que l’on a souhaité protéger,
d’un point de vue thermique (c’est à dire des pertes de chaleur) de l’environnement extérieur (air ou eau), du sol et de
tous les espaces adjacents qui ne font pas partie d’un volume protégé. Lorsqu’une couche d’isolation thermique est
présente, elle délimite souvent le volume protégé.

Enveloppe du bâtiment : Ensemble des parois qui délimitent le volume protégé.

Protocole : Procédure de collecte des données que le certificateur doit appliquer pour établir le certificat énergétique.

Energie renouvelable : Energie qui ne provient pas de la transformation de combustibles fossiles (pétrole, gaz,
uranium). Est valorisée comme telle l’énergie thermique produite par des panneaux solaires thermiques, l’énergie
électrique auto-produite par des panneaux solaires photovoltaïques ou par une installation de cogénération. Dans
certaines conditions, l’énergie thermique produite par une pompe à chaleur (PAC) peut être considérée comme une
énergie renouvelable.

Source : annexe certificat énergétique

Laissez une réponse